Récits publics et politique des traces

Politique des traces

Les récits publics, ou du moins leur expression, sont aujourd’hui largement affaiblis ( faiblesse des politisations). Tout l’enjeu, dans le cadre de démarches collectives, consiste à trouver un sens commun à travers des circulations d’argumentaires, des pratiques expérientielles partagées… Il s’agit de pouvoir à terme décider d’actions qui concernent et mobilisent les acteurs. Elles ne sont donc pas définies en extériorité mais doivent être une production des agoras. Accompagner ce mouvement par un travail de mise en récit des cheminements, des choix et orientations est de ce point de vue essentiel à la publicisation progressive des communs..

Pédagogie des émergences

Nous parlons aujourd’hui volontiers d’une pédagogie des émergences pour qualifier les orientations de nos propositions d’animation sociale. Elles prennent le pari de fonder la démarche de mobilisation en construisant, ou mieux, en mettant à jour, un réel intérêt pour les acteurs à agir ensemble autour de sujets qu’ils délimitent, construisant ainsi progressivement des problèmes publics. Ce principe pédagogique prend la forme d’un soutien à une diversité de récits publics qui puissent rentrer en résonance (ou en dissonance) et construire un espace de débat démocratique.